© 2018 par Ligue pulmonaire genevoise. Créé avec Wix.com

  • Facebook Basic Black

Ligue pulmonaire genevoise

Bd de la Tour 6

CH-1205 Genève

www.lpge.ch

info@lpge.ch

Airia

Exploration respiratoire

c/o Ligue pulmonaire genevoise

www.airia.ch

info@airia.ch

Apnées du sommeil

Traitement

Les personnes souffrant d'apnées du sommeil peuvent mener une vie indépendante et sans symptômes, à condition qu’elles utilisent correctement les traitements requis.

Tout traitement doit s’accompagner d’ajustements du mode de vie. Ceci peut avoir un effet favorable sur les troubles respiratoires pendant le sommeil. Des syndromes d’apnées du sommeil de moindre sévérité peuvent même disparaître.

La grande majorité des patient(e)s est en surcharge pondérale. Il est par conséquent extrêmement important de retrouver un poids normal.

Il faut absolument renoncer à consommer de l’alcool au moins deux heures avant d’aller dormir  car il exerce un effet défavorable sur la musculature des voies respiratoires.

Les somnifères exercent un effet semblable à celui de l’alcool et doivent donc être évités. Cela s’applique également à divers médicaments anxiolytiques.

Dans certains cas, les interruptions de la respiration n’apparaissent que si la personne est allongée sur le dos. Il est donc recommandé de dormir allongé sur le côté.

Alternative 1: appareil dentaire, appareil orthopédique pour la mâchoire (orthèse d'avancement mandibulaire, propulseur).

Les patient(e)s atteints de formes légères du syndrome des apnées du sommeil ou qui ne réussissent pas à s’accommoder du traitement par CPAP peuvent porter pendant la nuit un appareil dentaire spécial comme traitement alternatif. Cet appareil avance légèrement la mâchoire inférieure, ce qui déplace aussi la langue vers l’avant et prévient ainsi une occlusion des voies respiratoires.

Alternative 2: intervention chirurgicale.

Dans certains cas précis– par exemple si les amygdales sont de grande taille – le syndrome d’apnées du sommeil peut être éliminé par une intervention chirurgicale, surtout chez les enfants.

Source: Ligue pulmonaire suisse